Île Rouge

22) Le Pin

Le Pin

Conifères :

Pinacées - Cupressacées - Cyperacées

Araucariacées - Podocarpacées

Cycadacées :

22ème TYPE

LES PINS

Les pins, Pinus (Pinaceae), sont des arbres des régions tempérées. Ils furent introduits avant la conquête par les missions protestantes norvégiennes, à Antsirabe. Ils se développent bien, en particulier sur les sols volcaniques de l’Ankaratra et du Vakinankaratra. L’Arboretum d’Antsirabe et la Station Forestière de Manjakatompo en possèdent des peuplements magnifiques et des spécimens déjà anciens :
- Ces beaux arbres ont généralement un tronc très droit, élancé.
- Leurs rameaux portent de petites feuilles très étroites, « les aiguilles ». - Elles sont réunies par 2, 3 ou 5, à l’intérieur d’une même gaine. Ce feuillage est persistant, c’est-à-dire que les feuilles tombent à des époques très variées et non toutes, ensemble. L’arbre est toujours vert.
- Leurs fleurs sont groupées en cônes.

- Les cônes mâles comportent de nombreuses écailles pourvues chacune à leur face intérieure, de deux sacs polliniques. Le pollen, de couleur jaune, est extrêmement abondant. Chaque grain de pollen est orné de deux petits ballonnets remplis d’air qui lui permettent de rester longtemps dans l’atmosphère sans tomber sur le sol, aussi peut-il être transporté par les vents à de grandes distances.
- Les cônes femelles sont aussi formés d’écailles. Ces écailles sont dures, luisantes et se développent beaucoup après la fécondation. A l’aisselle de chaque écaille, se trouve une petite feuille carpellaire étalée qui porte à sa base, deux ovules nus. Les grains de pollen s’insèrent entre les écailles et arrivent directement sur le micropyle des ovules.
- Ceux-ci donnent ensuite naissance à des graines qui restent enfermées entre les écailles du cône ou « pomme de pin » jusqu’à leur maturité. Il n’y a donc pas de fruit enveloppant la graine.

- Toutes les parties de l’arbre contiennent une matière sirupeuse odorante, la résine. Cette substance qu’on exploite beaucoup en France, pour la préparation des essences de térébenthine, rend le bois à peu près imputrescible et lui confère une excellente qualité de résistance.

PLANTES VOISINES

Les arbres voisins du pin, dont les inflorescences sont des cônes, ont reçu pour cette raison le nom de Conifères.

On en a introduit un certain nombre à Madagascar. Les conifères peuvent en effet se développer convenablement dans les sols où la forêt a disparu depuis longtemps. Ce sont des essences précieuses pour les reboisements. Le genre Pinus comprend une centaine d’espèces européennes, américaines et indonésiennes : Java et Sumatra.
- Les cyprès, Cyperus (Cyperaceae), ont des feuilles réduites à des écailles. Leurs fruits sont sphériques, ne comportant que quelques écailles.
- Les thuyas, Thuja (Cupressaceae), de plus petite taille, ont des fruits analogues mais leurs feuilles sont toutes disposées dans un même plan. On les utilise pour faire de belles haies taillées et des rideaux contre le vent.
- Les araucarias, Araucaria (Araucariaceae), sont de superbes arbres d’ornement, très originaux en raison de leurs branches étalées par étages successifs. Ils sont originaires de régions plus chaudes, d’Océanie ou du Chili. Aussi les araucarias, Araucaria heterophilla, peuvent-ils être plantés sur les côtes de Madagascar et notamment sur la Côte-est (Jardins de Tamatave), tandis que sur les plateaux est plantée une autre espèce : l’araucaria du Chili, Araucaria araucana (Araucariaceae) qui est originaire des Andes chiliennes et argentines.

Parmi les plantes essentiellement malgaches, on peut rapprocher de ce groupe les podocarpes, Podocarpus (Podocarpaceae), dont le nom vernaculaire est hetatra. Ce sont de beaux arbres de la forêt de l’Est de l’Imerina qui fournissent un bois dur, jaune ou rougeâtre, susceptible d’un très beau poli et qui peut être utilisé en construction et pour la confection de meubles.
- Leurs feuilles sont plus grandes et surtout plus larges que les aiguilles des conifères habituels.
- Leurs fleurs mâles sont groupées aux extrémités des rameaux, en épis allongés.
- Leurs fleurs femelles sont portées par deux au sommet de pédoncules assez allongés et renflés en réceptacle, à leur extrémité.
- L’ovule nu est entouré de deux bractées qui deviennent charnues et adhérentes. L’ensemble de ces bractées forme un pseudo-fruit, sphérique, drupacé, de la taille d’une noisette. Généralement l’un des deux ovules avorte, mais ils peuvent parfois se développer côte-à-côte.

FAMILLES VOISINES

Les Cycas, Cycas (Cycadaceae), connus sur la Côte-est sous les noms de faho ou fatra, sont de curieux petits arbres.
- Leur stipe souvent renflé porte les débris des graines foliaires.
- Un bouquet de grandes feuilles pennées les couronne et leur donne un peu l’aspect d’un petit palmier. Au début de la végétation, leurs jeunes feuilles, légèrement enroulées comme des crosses de fougères, semblent leur faire un panache de tentacules. Cet aspect bizarre, leur a valu une réputation exécrable : Ce sont les « arbres mangeurs d’hommes » de Madagascar et un grand nombre de récits, tous plus fantaisistes les uns que les autres, ont été écrits sur cette prétendue plante cannibale.
- Il est en réalité fort utile, puisque les Malgaches consomment ses fruits et tirent de son tronc une sorte de fécule et un jus sucré qui sert à la préparation de boissons alcooliques.
- Les fleurs se rapprochent de celles des conifères. Elles sont toujours unisexuées.
- Les fleurs mâles sont groupées en cônes axillaires. Elles sont réduites à de simples écailles, portant à leur face inférieure, de très nombreux sacs polliniques.
- Les fleurs femelles consistent en écailles, sur le bord desquelles sont insérés les ovules nus, très gros et bien visibles à l’œil nu.
- La graine est grosse comme une noix, à l’enveloppe très dure, dont la germination est assez difficile. L’ensemble des écailles forme une sorte de couronne alternant avec les frondes ordinaires.

Les plantes que nous venons d’étudier et qui se rattachent à ce 22ème type, sont toutes caractérisées par leurs fleurs à ovules nus.

Elles constituent : le sous-embranchement des plantes à ovules nus ou Gymnospermes.

Ici, s’arrête l’étude des plantes à fleurs qui constitue le grand embranchement des Phanérogames.

Nous avons vu, qu’il pouvait se subdiviser en deux embranchements :

- 1°) Fleurs à ovules protégés : Angiospermes

- 2°) Fleurs à ovules nus : Gymnospermes

Voir aussi : Annexe : Le Cycas.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0