Fampinomana

De IleRouge wiki
Aller à : Navigation, rechercher

FAMPINOMANA (merina, ancien) (de minona : action de boire le tangena, de se soumettre à l'ordalie).

Ancien nom de l'ordalie ou jugement de Dieu par le tangena, Cerbera venenifera Steud. (Apocynaceae). On distinguait deux sortes d'épreuves :

1. le fampinomambe ou épreuve collective. Lorsque dans un village survenaient de nombreux cas de maladies de cause non connue, on soupçonnait la présence d'un sorcier parmi les habitants. Dès lors, on procédait à une grande cérémonie collective avec invocations aux ancêtres et sacrifices d'animaux. Après quoi, chacun devait venir déclarer ce qu'il savait des conditions dans lesquelles s'étaient déclarés les cas de maladie. Puis on procédait au dépôt des pierres. Chaque participant disposait d'une pierre et devait aller la déposer lorsque son tour arrivait, derrière celui qu'il considérait comme le responsable du sortilège. Tous ceux qui avaient reçu au moins trois pierres devaient se soumettre à l'épreuve du tangena.

2. le fampinomana andavanandro (andavanandro : les jours ordinaires ; en malgache moderne : les jours ouvrables, non fériés s'appli-

quait surtout dans trois cas : l'ordalie judiciaire proprement dite, pour trancher les plaignants, chaque fois que la gravité des faits le justifiait ; l'épreuve de purification pour tous ceux qui étaient attachés au service du souverain ; l'épreuve de compétence pour tous ceux qui se consacraient à la vente des drogues ou à l'art du mpimasy (spécialiste du traitement par les plantes médicinales). Sous le régime très suspicieux de la reine Ranavalona 1re, étaient en outre soumis à l'épreuve du tangena tous ceux qui étaient dénoncés comme suspects de comploter contre la souveraine. Cette pratique, de l'avis de témoins de l'époque, se chiffrait chaque année par des milliers de décès.