Grandidier Guillaume

De IleRouge wiki
Aller à : Navigation, rechercher


M. Guillaume GRANDIDIER, en tant que membre d'Honneur de la "Société des Amis du Zoo"

GRANDIDIER Guillaume : (1873-1957) En 1942/43, Explorateur, Dr es-Sciences, correspondant du Muséum. En 1946/47, Dr es-Sciences, membre de l'Académie des Sciences coloniales et correspondant du Muséum, il habite 53 avenue de Montaigne à Paris 8ème.

(Membre d’Honneur de la "Société des amis du Zoo" de 1942 à 1947).

Il était le fils d'Alfred GRANDIDIER, né le 1er juin 1873 à Paris, il poursuivit l’œuvre entreprise par son père. Lorsqu’il décéda le 19 septembre 1957, "l’Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar" comporte : trente-quatre tomes.

Les GRANDIDIER, éminents esprits encyclopédiques, ont publié sur la Grande Ile, dans tous les domaines : histoire, ethnographie, géographie et sciences : les mammifères et notamment les lémuriens. Ils ont porté une attention plus particulière vis-à-vis des oiseaux. Leur bibliothèque, précieuse source de documentation, pour les chercheurs malgaches ou les étudiants, est conservée à Tananarive dans la bibliothèque du Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza, sous l’appellation de : "Fond GRANDIDIER".





M. Guillaume GRANDIDIER en tant que Membre d'Honneur de l'Académie malgache

M. Guillaume GRANDIDIER, homme de Sciences, devint Membre correspondant, le 27/02/1902 et Membre d'Honneur, le 29/06/1927, de l'Académie malgache.

Informations trouvées dans la Bulletin de l'Académie Malgache de 1977 - Numéro spécial du 75ème anniversaire 1902-1977 - Dans la liste des Membres de l'Académie malgache depuis sa création le 23/01/1902 - page 164




Biographie de M. GUILLAUME GRANDIDIER par Raymond DECARY

parue dans une publication de "l'Académie des Sciences d'Outre-Mer" TRAVAUX ET MÉMOIRES - "HOMMES ET DESTINS" (Dictionnaire biographique d'Outre-Mer) - Tome I - pages 267 à 269.

Fils du grand explorateur de Madagascar, Guillaume GRANDIDIER, né à Paris le 1er juillet 1873, maintint, comme son père, son activité scientifique axée sur la grande île malgache. Après avoir été reçu aux concours de l’École des Mines, des Ponts et Chaussées et de Polytechnique, il opta pour les Mine, mais n’y resta que peu de temps. Il voulait aider son père dans l’élaboration de l’Histoire naturelle, physique et politique, et, pour cela devait au préalable s’initier au pays.

Sa première exploration eut lieu en 1898-1899. Débarqué à Tamatave, il se rend à Vatomandry et monte à Tananarive. L’Ouest et le Sud, mal connus, sont son premier objectif. Il gagne Majunga d’où il atteint par mer Maintirano et Morondava. De là, il pousse des pointes à Belo et Ankevo où il procède à des fouilles paléontologiques, puis à Mahabo, capitale du Menabé, où il est reçu par la reine RASINAOTRA.

Descendant vers le sud et Tuléar, il étudie le cours inférieur de l’Onilahy avec la baie de St-Augustin ; il atteint Anakao et l’îlot de Nosy-Vé. Il fouille aussi Ambolisatra, déjà étudié par son père. Mais c’est en vain qu’il cherche à traverser l’Extrême Sud, par le Mahafaly et l’Androy car la population mahafaly s’oppose à ce voyage, mais il n’en a pas moins recueilli sur ces groupements frustes une riche documentation ethnographique.

Il part alors vers le Nord, par Ranohira et Ambalavao. De Fianarantsoa, il va procéder à l’exploration de l’Ikongo. Puis c’est l’étude du plateau central de l’île, avec des arrêts aux gisements de nickel et de cuivre de Valozoro et d’Ambatofangehana. Et par l’Itasy, il atteint Tananarive. Au cours de cette exploration, qui a duré six mois, il a levé tous ses itinéraires, et peut établir une carte au 1/500 000e.

G. GRANDIDIER descend maintenant à Majunga, visite Analalava, Nosy-Bé et Diego. Puis, par Vatomandry, il remonte à Tananarive.

L’arrêt dans la capitale est de courte durée. Le voici de nouveau à Vatomandry et il va retourner à Diego via Tamatave et Vohémar. Dans ce voyage, les recherches historiques s’ajoutent aux sciences naturelles. Il étudie les traces de l’ancienne occupation arabe, le cimetière de Sahambavany, les ruines de Mahanara, où il découvre céramiques et dinars.

Rentré en France, il obtient une nouvelle mission qui va être consacrée aux contrées méridionales. Grâce à l’aide de Galliéni et de Lyautey, il réussit cette fois la traversée de l’Extrême Sud, de Fort-Dauphin à Tuléar, à travers des tribus turbulentes. Par Behara et Ambovombé, il atteint le Cap Ste-Marie. Puis, par Ejeda, parcourant des plateaux calcaires et sans eau, il arrive à Tuléar. Après de nouvelles fouilles à Ambolisatra et Lamboharana, il retourne à Fort-Dauphin par Tsimanombo et Tsilamaha.

Enfin, c’est la rentrée définitive en France, après toutefois un voyage à travers l’Afrique orientale et australe, de Zanzibar à Durban.

Comme son père, il a recueilli une énorme quantité de matériaux et documents qu’il va mettre en œuvre et auxquels il se consacrera jusqu’à sa mort, pendant plus de cinquante ans.

Dès 1905, il reçoit le titre de docteur ès-sciences pour sa thèse : Recherches sur les Lémuriens disparus et en particulier sur ceux qui vivaient à Madagascar. Puis ses publications vont se poursuivre sur un rythme accéléré, touchant toutes les disciplines des sciences de la nature et de l’homme, à l’exception toutefois de la botanique. La zoologie des Vertébrés est longtemps sa science favorite ; on lui doit la description de nombreux Insectivores, Rongeurs et Oiseaux dont la plupart accusent un endémisme accentué.

Son travail capital est constitué par l’Ethnographie de Madagascar, commencée par le père, continuée et terminée par le fils, et qui forme quatre gros volumes. Encore à l’heure actuelle, aucune étude touchant l’ethnologie d’un groupe quelconque de Madagascar ne peut être entreprise sans référence à cet ouvrage fondamental.

En histoire, après avoir collaboré à la publication des Ouvrages anciens, il entreprend la publication d’une Histoire politique et coloniale, qui n’a malheureusement pu être complètement achevée.

Il faut signaler enfin, parmi ses travaux essentiels, la Bibliographie de Madagascar, dont les quatre tomes mentionnent plus de 23 000 titres et représentent un précieux instrument de travail.

Sur ces activités purement malgaches étaient venues s’en greffer d’autres. De 1918 à 1939, Guillaume GRANDIDIER fut secrétaire général de la Société de Géographie. De 1940 à 1954, il fut Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences coloniales, aujourd’hui Académie des Sciences d’Outre-Mer, dont il avait été membre fondateur. Durant quatorze années, il fut l’âme de cette Compagnie, dont il su maintenir les meilleures traditions. En 1956 enfin, il était nommé membre titulaire du Bureau des Longitudes.

La cravate de Commandeur de la Légion d’honneur venait en 1955 reconnaître et récompenser cette vie exemplaire.


Ce texte a été dactylographié par ma petite-fille, Audrey MOLLET, que je tiens à remercier pour cette aide précieuse.





Informations concernant M. Guillaume GRANDIDIER trouvées sur Internet

Lien vers la Revue française de Science Politique "Madagascar, Etat des Travaux" de Guy FEUER datant de 1962 ; Volume 12 ; Numéro 4 ; des pages 920 à 962, où les ouvrages de nombreux "Sociétaires des Amis du Zoo" sont cités, dont ceux de Guillaume GRANDIDIER : "Histoire politique et coloniale de Madagascar". Les 3 volumes de cette œuvre ont maintenant paru, avec la collaboration pour le troisième de Raymond DECARY, pages 926 et 950, sous le N° 31 : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CCkQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.rechercheisidore.fr%2Fsearch%2Fresource%2F%3Furi%3Ddoi%3A10.3406%2Frfsp.1962.403399&ei=vOqUVbq0NIGv7AaZtJmoAw&usg=AFQjCNEWyRWJ1jfq2G3wlRVT7Aagxuo3Zg&bvm=bv.96952980,d.ZGU&cad=rja


Lien vers la biographie de Guillaume GRANDIDIER par Raymond DECARY - lien Journal de la Société des Africanistes - lien Année 1957 - lien Volume 27 - lien Numéro 27-2 lien pp. 213-219  : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CC0QFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.persee.fr%2Fweb%2Frevues%2Fhome%2Fprescript%2Farticle%2Fjafr_0037-9166_1957_num_27_2_1887&ei=tbujVdP_KIynsAGB0JUQ&usg=AFQjCNE3TetT0k7YDeSNEhmju4pkVIMA5A&bvm=bv.97653015,d.ZGU&cad=rja


Lien vers BNF Guillaume GRANDIDIER (1873-1957): http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=0CDkQFjAE&url=http%3A%2F%2Fdata.bnf.fr%2F12184066%2Fguillaume_grandidier%2F&ei=tbujVdP_KIynsAGB0JUQ&usg=AFQjCNH65AtQWz67K4jUHzymJg3jrTmQaA&bvm=bv.97653015,d.ZGU&cad=rja


Lien vers Guillaume GRANDIDIER - Académie des Sciences d'Outre-mer : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=6&ved=0CD8QFjAF&url=http%3A%2F%2Fwww.academieoutremer.fr%2Facademiciens%2Ffiche.php%3FaId%3D409&ei=tbujVdP_KIynsAGB0JUQ&usg=AFQjCNE4LLq-7UKvwPvAncFGeWaVeMhXhA&bvm=bv.97653015,d.ZGU&cad=rja


Lien vers photo Guillaume GRANDIDIER : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=7&cad=rja&uact=8&ved=0CC8Q9QEwBg&url=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Fimgres%3Fimgurl%3Dhttp%3A%2F%2Fgallica.bnf.fr%2Fark%3A%2F12148%2Fbtv1b84536896.thumbnail%26imgrefurl%3Dhttp%3A%2F%2Fdata.bnf.fr%2F12184066%2Fguillaume_grandidier%2F%26h%3D189%26w%3D128%26tbnid%3DI5JlMPn3PDOCZM%3A%26zoom%3D1%26tbnh%3D121%26tbnw%3D82%26usg%3D__MWVuIWcyIlWh591JEKToagTSxzU%3D%26docid%3Dgkqzfqqx2ZpDHM&ei=wr-jVcvgAYW6swGIh7CwDA&usg=AFQjCNFrU-RB-F94YMEYkJp_4XTzrRyOFw&bvm=bv.97653015,d.ZGU


Lien vers le "Cinquantenaire de l'Académie malgache" et Guillaume GRANDIDIER - son nom est cité dans de nombreuses pages tout au long de ce document et le "discourt de Raymond DECARY en tant que représentant de l'Académie des Sciences d'Outre-mer et de Guillaume GRANDIDIER - pages 53 à 60" : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0CCEQFjAAahUKEwin2ezD9t_GAhWLQBQKHeIsApI&url=http%3A%2F%2Fbibliotheque.mu.refer.org%2Fbookread.php%3FBID%3D18&ei=U8inVefjGouBUeLZiJAJ&usg=AFQjCNE0xwMr22JIWozi8_IsOA1-x--r0Q&bvm=bv.97949915,d.ZGU


Lien vers les récolteurs dont Guillaume GRANDIDIER : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=7&ved=0CEIQFjAGahUKEwia8fO5n9_GAhVJ1RQKHX19CU0&url=http%3A%2F%2Fhannetons.free.fr%2Fpage217.html&ei=BG2nVZrfKsmqU_36pegE&usg=AFQjCNGqAShVy9WW_kApidxGihQsrorP4Q&cad=rja