Biographie de Pierre Boiteau

Biographie de Pierre Boiteau :

Timbre poste à l’effigie de Pierre Boiteau

Pierre L. Boiteau est un botaniste français, né le 3 décembre 1911 à Cognac et mort le 1er septembre 1980 à Orsay en Essonne.

Après des études à l’École d’horticulture de Versailles, il part le 26 octobre 1932, à Madagascar y faire son service militaire qui s’achève le 23 décembre 1933. Dès 1934, il commence un herbier. Il est d’abord chargé des espaces verts d’Antsirabe et y crée le Parc de l’Est. Puis il prend ses fonctions en septembre 1935, au Parc botanique et Zoologique de Tsimbazaza à Tananarive. Parallèlement il apprend le malgache et passe le brevet supérieur de langue malgache en 1937.

En 1936, le Dr. Ch. Grimes lui demande de l’accompagner à la léproserie de Manankavely, sur la route de Tamatave. Le fait de parler le malgache va lui permettre de rentrer en contact avec un tradi-praticien. Il va identifier les six plantes que celui-ci utilise. Parmi elles, il y a le Centella asiatica (L.) Urb. (Hydrocotyle asiatica L.). Les études cliniques débutent en 1937. C’est le début d’une recherche qui s’achèvera en 1942 par l’identification de l’asiaticoside par Bontemps (Bontemps J., 1942) et la mise au point d’un médicament cicatrisant, le Madécassol® avec A. Rakoto-Ratsimamanga. Les retombées financières permettront la création de l’IMRA (Institut malgache de recherches appliquées) dont les deux co-fondateurs ont maintenant disparu mais l’IMRA existe toujours.

Pierre Boiteau

Le Dr. Ratsimamanga dirigait un laboratoire situé au 12 rue de l’École de Médecine à Paris, intitulé « Laboratoire de physiologie nutritionnelle, des hormones et des vitamines » et accueille P. Boiteau qui a été expulsé de Madagascar, à la suite des évènements de 1947. Il y continue ses recherches en même temps qu’il travaille avec l’équipe du laboratoire de Chimie du Muséum (Boiteau & al., 1948).
Il fut conseiller de l’Union Française de 1949 à 1958 dont il fut le secrétaire. D’abord attaché de recherche au CNRS de 1949 à 1952 avec comme parrains Edgar Lederer et André Lwoff. Puis il fut directeur du laboratoire d’identification des végétaux, à l’ICSN-CNRS à Gif-sur-Yvette (Essonne).
Avec Ratsimamanga, ils publient de nombreux articles puis ils publient ensemble Les éléments de pharmacopée malgache. Seul le premier tome sera publié, faute d’argent. Pierre Boiteau va alors publier un Précis de matière médicale malgache en 1979.

Publications :

  • Ch. Grimes (1939). Le traitement de la lèpre par l’Hydrocotyle asiatica. Bulletin de la Société de pathologie exotique, XXXII (6) : 692.
  • M. Bontemps (1942). Sur un Glucoside nouveau : l’Asiaticoside isolé à partir de Hydrocotyle asiatica (ombellifères). Gazette médicale de Madagascar n° 15 : 29-33.
  • J. Devanne & R. Razafimahery (1942). Glucoside et résine de l’Hydrocotyle asiatica. Gazette médicale de Madagascar : 15-34.
  • Ch. Grimes & P. Boiteau (1945). Rapport sur la thérapeutique de la lèpre. Huitième rapport annuel de la Société du Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza, 1944.
  • P. Boiteau (1945).­ Travaux sur l’Asiaticoside (étude botanique). Neuvième rapport annuel de la Société du Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza.
  • P. Boiteau (1945). Travaux sur l’Asiaticoside. Rapport annuel du laboratoire de botanique et de technologie végétale : 26-40.
  • P. Boiteau (1947).­ Contribution à l’étude du rôle des glucosides dans le métabolisme de la plante. Bulletin de la société de chimie biologique. XXIX (4-6) : 451-453.
  • P. Boiteau & R. Saracino (1948). Premiers essais au sujet de l’action de l’Asiaticoside sur les lupus érythémateux et sur certaines lésions produites par les bacilles de Hansen & Koch. Le médecin français. VIII (19), 10 oct. 1948.
  • P. Boiteau, A. Buzas, E. Lederer & J. Polonsky (1948).­ Sur la constitution chimique de l’Asiaticoside. Nature, 163 : 258. London. Communication Congrès de Chimie biologique, oct. 1948.
  • P. Boiteau & A.R. Ratsimamanga (1956).­ L’asiaticoside extrait de Centella asiatica et ses emplois thérapeutiques dans la cicatrisation des plaies expérimentales et rebelles (lèpre, tuberculose cutanée et lupus). Thérapie II (1) : 125-151.
  • A.R. Ratsimamanga & P. Boiteau (1964).­ Propriétés thérapeutiques des extraits de Centella et de leurs constituants triterpéniques isolés. Annales de l’université de Madagascar. 2 : 101-107.
  • P. Boiteau, B. Pasich & A.R. Ratsimamanga (1964). Les triterpénoïdes en physiologie végétale et animale. Gauthier-Villars (Paris) : 1370 pages. Asiaticoside : p 240-242, 841-842 et 1215-1268.
  • A. Rakoto-Ratsimamanga, P. Boiteau et M. Mouton (1969) Éléments de Pharmacopée malagasy. IMRA (Antananarivo, Madagascar) : 5-306.
  • P. Boiteau (1979). Précis de matière médicale malgache. La Librairie de Madagascar (Antananarivo, Madagascar) : 97 p.